Accueil/Actualité/Dusty, le chat accusé d’être cleptomane

Dusty, le chat accusé d’être cleptomane

Tout a commencé avec une mystérieuse histoire d’objets en tout genre retrouvés dans leur jardin. Un couple californien, Jean Chu et Jim Coleman, s’est demandé, pendant plusieurs années, qui pouvait bien jeter par dessus leurs haies de jardin une liste plus qu’improbable d’objets. Serviette de bain, bas de pyjama, éponges, chaussures, gants, frisbees et bien d’autres se retrouvent sur leur pelouse et parfois même au sein de leur maison.

Les voisins, ayant eu vent de la présence d’un mystérieux cambrioleur qui sévit depuis quelques temps, prennent soin de ne rien laisser traîner le soir et de bien fermer leurs portes.

C’est sans compter les talents de chasse de Dusty, un snowshoe – croisement entre le thaï et le sacré de Birmanie – qui chaque soir part vadrouiller dans le quartier. Après avoir longtemps rapporté oiseaux, souris, serpents et autres animaux en tout genre, Dusty part en quête de nouvelles proies à rapporter à ses maîtres.

Il est cependant pris en flagrant délit, par les caméras infrarouge d’un journaliste d’une télévision locale, Vic Lee, qui pris d’intérêt par l’affaire décide d’enquêter sur Dusty pour l’émission « Must Love Cats » diffusée sur la chaîne américaine Animal Planet. C’est le début de la gloire pour le chat cambrioleur, qui fait même une apparition sur le très célèbre talk show de David Letterman.

Mais d’où vient cette tendance à la cleptomanie chez Dusty ? Comme chez les humains, la cleptomanie chez le chat serait le résultat d’un trouble de l’anxiété ou de troubles obsessionnels compulsifs. Ces derniers seraient dus à un abandon lorsqu’il était chaton et ses larcins seraient donc source de réconfort pour lui. D’autres experts affirment qu’ils s’agit là d’un simple instinct dû à un atavisme génétique.

Quoique l’on dise, Dusty a ainsi sans le savoir œuvré pour aider son ancien refuge « Peninsula Humane Society » à récolter de nouveaux fonds suite à la vente caritative des objets volés non réclamés par leurs propriétaires.

Par | 2017-10-28T10:59:40+00:00 28 octobre 2017|Actualité|

Laisser un commentaire