Accueil/Races de chats/Chat Burmese

Chat Burmese

Chat Burmese 2017-10-20T00:05:45+00:00

Informations principales

NomBurmese
Origine

Thaïlande
TailleMoyenne
PoidsMâle : 3,5 à 5,5 kgs
Femelle : 3 à 5 kgs
PelageCourt - Soyeux - Brillant - Satiné
CouleursZibeline - Bleu - Platine -Champagne - Sable - Chocolat - Lilas - Crème - Roux
Espérance de vie15 à 16 ans
TempéramentCurieux - Intelligent - Doux - Sociable - Interactif - Joueur - Vivant
PrixEntre 800 et 1200 €

Caractéristiques

CaractéristiqueNote
Adaptabilité5 stars
Affectueux5 stars
Amical avec les enfants4 stars
Amical avec les chiens5 stars
Amical avec les étrangers5 stars
Niveau d'énergie4 stars
Toilettage1 star
Problèmes de santé2 stars (Hypoallergénique : Non)
Intelligence5 stars
Perte de poils1 star
Besoin d'attention5 stars
Expressif4 stars

Apparence

La chose certainement la plus intéressante au sujet de mon physique est que je semble trompeusement plus léger que je ne le suis réellement. J’aime voir l’étonnement sur les visages des gens quand ils me soulèvent et découvrent que je ne suis pas aussi léger que je parais. C’est la raison pour laquelle la plupart des amateurs de chats surnomme la race des Burmeses la « brique enveloppée de soie ».

Je ne fais effectivement pas étalage d’une corpulence aussi musculeuse que d’autres chats, mais mon corps est en réalité très musclé. Hormis d’avoir une poitrine large qui est accentuée par un cou plutôt épais, j’ai également des épaules puissamment construites qui sont plus trapues par rapport à celles d’autres félins de taille moyenne.

J’ai toujours préféré décrire mes jambes comme athlétiques. Elles ne sont pas trop volumineuses ni trop maigres. Et mes pattes sont perceptiblement et joliment rondes avec les jointures visibles. Bien que ces jambes puissent sembler plutôt délicates comme celles d’une ballerine, je peux facilement m’élancer dans les airs d’un simple coup de pattes de ces membres puissants.

Saviez-vous que ma tête a toujours été considérée comme l’une des plus belles dans les expositions de chats ? Pour commencer, elle est ronde mais très compacte. En plus, je suis un des rares chats dans le monde félin à afficher une paire de pommettes visibles. Surmontées d’une paire d’oreilles pointues de taille moyenne et des yeux qui sont écartés, je donne l’impression d’en savoir plus que vous ne pourriez jamais imaginer.

Le manteau du Burmese est très fin et soyeux. Il a un éclat brillant et est très près du corps, avec presque pas de sous-poil. Bien qu’il y ait quatre couleurs primaires de pelage qui sont attribuées à ma race, à savoir le champagne, le bleu, le platine et le sable, les nuances comme le chocolat, le lilas, le crème et le roux sont également reconnues par les registres de chats.

Personnalité

Dans le monde des chats, le Burmese est souvent considéré comme l’un des félins les plus curieux. Effectivement, je ne peux pas m’en empêcher, j’ai juste l’envie de tout savoir sur tout ce qui se passe dans la maison. Cela n’a pas vraiment d’importance que mes maîtres soient en train de donner un coup de balai ou en train de choisir un endroit pour le nouveau canapé. Je suis là.

Bien que je n’aie pas de limites, je compense ce défaut avec mon adorable espièglerie. Contrairement à d’autres félins qui semblent mûrir avec l’âge, je vais rester folâtre même à l’âge adulte.

Je suis aussi très audacieux et sans peur, exécutant des exploits scandaleux qui impressionneront mon audience, comme escalader les armoires ou descendre en sautant sans la moindre hésitation.

Mais ne méprenez pas ma nature légère et ludique avec de la légèreté intellectuelle. Je ne suis pas idiot. En fait, j’ai une nature très intelligente et sensible. En plus du fait que je trouve facile d’apprendre un tour ou deux, j’ai aussi un talent pour comprendre divers gestes humains et les expressions du visage. Je suis passé maître dans la lecture de l’humeur de mon maître et il ne sera pas rare de me voir assis sur vos genoux ou de vous donner un câlin quand vous vous sentirez un peu déprimé.

Ma nature ludique et ma perspicacité aigue s’étendent aussi à ma vie sociale en général. Comment ? Eh bien, la plupart des gens que je rencontre sont très surpris quand je mentionne que je suis du monde félin. « Mais tu es si sympathique !» s’écrient-ils en général, et je dois réprimer un sourire en expliquant que tous les chats ne sont pas asociaux. Ma race est en fait très sympathique et sociable. En fait, je suis vraiment ouvert à rencontrer de nouvelles personnes et d’autres animaux. Je vais même me permettre d’être caressé par des étrangers et ne pas refuser le frottement appréciatif d’un chien. Certains félins considèrent ce comportement absolument scandaleux, mais bon, comme je dis toujours : les haineux vont haïr. On ne peut pas les laisser nous gâcher la vie.

Je suppose que cela seul dit beaucoup de moi. Vous voyez, un trait que les amateurs ont toujours admiré à mon sujet est ma nature très confiante. Comparé à d’autres races, j’ai tendance à jouer avec les visiteurs et les animaux qui apprécient les chats. Cependant, c’est aussi un attribut qui peut être un revers potentiel puisque je ne protesterai pas si je suis emmené par un étranger ou embrouillé par d’autres chiens et chats. Oui, je n’ai pas cette notion du danger des étrangers. Donc, à moins que vous ne me teniez en laisse et soyez vigilant, les aficionados de ma race recommandent fortement de me garder à l’intérieur.

Oh, et en parlant de supervision, une chose à prendre en compte si vous cherchez à m’avoir comme animal de compagnie, c’est que je suis un chat qui nécessite beaucoup d’attention. Il faut absolument que l’on fasse attention à moi et que l’on me berce d’affection, c’est essentiel à mon équilibre de tous les jours. Alors évidemment, cela ne me convient pas d’être tout seul et je peux devenir très agité si vous me laissez seul pendant trop longtemps. Si vous avez besoin d’être hors de la maison pendant de longues périodes de temps chaque jour, il est vraiment important de me donner un compagnon, disons un chien qui apprécie les chats ou un autre Burmese pour jouer avec moi.

Enfin, et cela peut sembler un peu fou, mais je ne réfléchirai pas à deux fois pour me blottir au lit avec mes maîtres ou d’aller dans la salle de bain pendant vos moments privés si j’ai l’envie d’avoir un massage du ventre ou une douce caresse sur la tête. Mon psy dit que j’ai des problèmes de limites, alors assurez-vous de verrouiller la porte si vous ne voulez pas que je m’introduise sans invitation.

Foyer idéal

Bien que je n’aie aucun problème à m’adapter aux gens et à de nouveaux environnements, je suis un félin qui peut être un peu trop à gérer pour les propriétaires de chats novices. En plus d’être un peu exigeant quand il s’agit de jouer, je n’hésite pas non plus à montrer mon mécontentement si je ne reçois pas toute l’affection que je pense mériter. Et oui, certaines personnes n’apprécient pas un chat vocal et opiniâtre, et qui sait ce qu’il veut.

Oh, et vous n’aurez probablement jamais entendu un félin admettre cela, mais je préfère les humains qui sont tenaces avec, hum, la discipline. Voyez-vous, j’ai cette tendance à faire les choses encore et encore, même des choses contrariantes, si l’on ne me montre pas mes erreurs immédiatement. Aussi mignon que je sois, vous devez être prêt à me corriger quand je suis méchant.

Histoire

Selon un livre ancien qui donnait des descriptions détaillées des chats de Thaïlande et de ses pays voisins, écrit pendant la période d’Ayudhya (1350 – 1767 av. J-C.), il y avait un félin d’une couleur cuivre étonnante qui vivait dans les temples et les résidences royales. En plus d’être un grand chasseur de souris, les prêtres ont également élevé ce chat pour son tempérament très amical et facile à vivre. Il est décrit comme ayant un visage rond et une expression souriante. Et de cette description, je parie ma fourrure que ces chats royaux étaient un de mes ancêtres. Je ne suis pas le seul à voir la ressemblance : les amateurs de chat conviennent que le chat représenté dans le livre est le Burmese.

Quant à la façon dont le premier chat Burmese est arrivé en Occident, c’est une histoire intéressante. Le tout premier chat Burmese est arrivé aux États-Unis dans les années 1930. Son nom est Wong Mau et elle a été ramenée à la maison par le Dr Joseph Thompson, un aficionado de chats. Thompson est simplement tombé amoureux de son pelage aux couleurs frappantes et de son tempérament très gentil. Il adorait tellement Wong Mau qu’il ne réfléchit pas à deux fois pour propager sa race dès que possible. Thompson a contacté ses amis et amateurs de chats, Billie Gerst et Virginia Cobb, pour l’aider à mettre sur pied un programme complet d’élevage sélectif. Il a également demandé l’aide du généticien Clyde Keeler pour l’aider à trouver le meilleur compagnon de reproduction pour sa chatte.

Ils ont fini par jumeler Wong Mau à un Siamois Seal-point nommé Tai Mau. Les résultats du programme d’élevage ont tellement plu à Thompson qu’il a même écrit un article complet pour le « Journal of Heredity ». Cet article a été publié en 1943 et détient le record de la première étude sur la génétique féline écrite dans une revue nationale.

Bien que la CFA (Cat Fanciers Association) ait commencé à reconnaître officiellement les Burmeses en 1936, les inscriptions ont été suspendues jusqu’en 1953 parce que certains éleveurs ont délibérément utilisé des spécimens hybrides Burmese-Siamois dans leurs programmes d’élevage. Cependant, après s’être assuré que la lignée Burmese soit finalement ré-établie, notre race fut acceptée en championnat en 1957.

Santé

Lorsqu’il s’agit de me garder en bonne santé, je suis l’un des félins qui demande le moins d’entretien. En fait, c’est grâce à mon patrimoine génétique diversifié. Ma race est connue comme l’une des moins vulnérables aux problèmes de santé dans le monde des chats. Bien sûr, il y a encore des normes à respecter, mais c’est aussi simple que le toilettage régulier, une fois par semaine suffira, pour se débarrasser des poils tombants.

En dehors de cela, il suffit de veiller à ce que mes besoins d’exercices soient satisfaits. Avoir quelques perchoirs dans la maison satisfera à la fois mon besoin de grimper à des endroits élevés et permettra de me tenir en forme.

Jouets préférés

J’adore escalader. Je n’hésiterai pas à monter sur des armoires et autres endroits élevés de la maison. Le seul problème est que je pourrais casser quelques choses ou peut-être égratigner un meuble ou deux en passant. Mettre les pattes sur ce perchoir d’escalade me rendra non seulement heureux, mais empêchera également des accidents.

Je suis un fou des jouets interactifs, comme ce circuit avec balle lumineuse pour chats. En plus de garder mon agilité et mes réflexes visuels au plus haut, je suis sûr d’avoir des heures et des heures de plaisir avec ce dispositif de divertissement très impressionnant.

J’aime tout simplement sauter en l’air. Un seul coup de pattes de mes puissantes jambes arrière peut me propulser à quelques mètres sans problème, ce dont je suis très fier. Je ne vais pas réfléchir à deux fois pour faire étalage de mes compétences en saut tout en m’amusant si vous m’obtenez cette baguette à plumes. Fabriqué en polycarbonate extra résistant, ce jouet va durer très longtemps même s’il est utilisé tous les jours.

Le saviez-vous ?

  • J’aime les objets brillants. Je les aime tellement que je vais même vous les «emprunter» et les cacher autour de la maison.
  • Vous n’avez probablement pas rencontré beaucoup de chats qui vous diraient ceci : cela ne me dérange pas de porter une laisse tant que c’est confortable. Alors, comment choisir la parfaite laisse pour moi ? Assurez-vous qu’elle soit faite de matériaux souples et s’il vous plaît, tester sa tension de temps en temps pour s’assurer que je ne serai pas irrité.
  • Je suis en fait vraiment intelligent et peut facilement apprendre un tas de tours comme aller chercher, rouler sur moi-même et même saluer avec mes pattes. Je peux également apprendre à comprendre les ordres vocaux aussi longtemps que vous êtes persistant dans votre formation.